skip to Main Content

UN PEU D’HISTOIRE…

En Europe centrale, c’est depuis plusieurs siècles que la choucroute est populaire. Sans doute cela est-il lié au fait que celle-ci combine un des aliments parmi les plus sains, le chou, avec une méthode de préparation des plus ancestrales et bénéfiques connue à ce jour : la fermentation.
Il se dit même que la choucroute serait parmi les plus anciennes méthodes de préservation du chou et qu’elle pourrait être retracée comme source importante de nourriture au 4e siècle av-JC !

LA FERMENTATION, UNE PRÉCIEUSE SOURCE DE BIENFAITS

La fermentation modifie naturellement la chimie des aliments, elle est un processus métabolique de conversion des glucides en acides organiques. La fermentation dite “lactique”, qui intervient sur certains aliments parmi lesquels le chou, stoppe la croissance des bactéries aérobies et rend le produit riche en probiotiques. Ces probiotiques sont des bactéries bénéfiques pour l’organisme, on leur attribue de grandes qualités quant à l’amélioration des fonctions immunitaires, cognitives, digestives et endocriniennes.

Il convient de comprendre là que les probiotiques sont vivants et actifs. Notre tube digestif en bénéficiant de leurs nombreux atouts et apports en partage les bienfaits avec le reste de notre corps. Cela est lié au simple fait que l’intestin abrite une très grande partie de notre système immunitaire.

Il faut également savoir que l’utilisation de certains antibiotiques et autres traitements immunosuppresseurs pourraient altérer la composition de la flore intestinale et donc, ce faisant, de nos défenses naturelles (Rapport publié en 2009 dans The Indian Journal of Medical Microbiology). De ce fait, l’apport de bactéries bénéfiques est une option très intéressante pour améliorer l’équilibre microbien.

Certaines de ces bactéries bénéfiques s’installent comme des résidents permanents de nos intestins en formant des colonies de longue durée. D’autres viennent et disparaissent plus rapidement mais ont encore d’importants effets anti-inflammatoires par exemple. Globalement, les bonnes bactéries vivant dans l’environnement intestinal sont déterminantes pour réduire le risque de nombreuses maladies.

Les aliments riches en probiotiques peuvent aider à :

  • Améliorer la fonction immunitaire, car ils créent une barrière contre les envahisseurs potentiels, y compris les “mauvaises bactéries” comme les pathogènes, les virus, les champignons et les parasites.
  • Aider à la digestion et à l’absorption de divers éléments nutritifs
  • Détoxifier le corps, puisque les probiotiques aident à prévenir les infections et à lutter contre les toxines qui vivent dans votre tube digestif
  • Soutenir la fonction cérébrale et la santé cognitive, même aider à prévenir la démence, traiter la maladie d’Alzheimer et éviter la perte de mémoire
  • Manipuler le stress à travers la connexion «intestin-cerveau», les effets de votre microflore sur votre système endocrinien (hormonal)
  • Contrôler l’inflammation qui est à la racine de la plupart des maladies

On évoque notamment une réduction des risques de :

  • Troubles du cerveau et maladie mentale
  • Troubles digestifs comme le syndrome de l’intestin qui coule, colite ulcéreuse et IBS
  • Troubles de l’humeur comme la dépression et l’anxiété
  • Cancer
  • Asthme
  • Déséquilibres hormonaux
  • Allergies alimentaires et sensibilités
  • Des conditions métaboliques telles que le diabète
  • Obésité ou prise de poids
  • Diverses maladies auto-immunes
Back To Top